En avril ne te résigne pas d’un fil, en mai…

Beaucoup vont sur leur chemin et croient partout croiser ces regards qui, sans un mot, leur disent : les temps sont durs, et les lendemains nous tourmentent. Et du leur ils répondent : Nous vivons une époque difficile, et aucun phare à l’horizon ne nous donne l’assurance de temps meilleurs. La résignation a cela de confortable que, partagée par beaucoup elle exige peu. Mais cet abandon de soi à un système qui nous dépossède, cette mortification des désirs, des sens, des rêves, des passions, ce renoncement à toute possibilité de transformation de notre existence, n’a rien d’autre à nous offrir en échange que l’appartenance à cette communauté du capital, la communauté des vaincus.
Mais le compte n’y est pas.
Une seule personne qui se lève pour sa liberté suffit à prouver que la liberté n’est pas morte. Et la révolte est contagieuse. Elle étale au grand jour cette question : pourquoi acceptons-nous cet ordre des choses ?

Nous ne sommes pas descendus dans la rue pour lutter contre la « loi travail », parce que nous nous battons pour un autre monde et que cela ne nous fait pas sens de tenter d’améliorer celui-là car nous en rejetons jusqu’aux bases, étant contre le principe même de loi et de travail en tant qu’exploitation ou auto-exploitation.

Mais nous avons vu dans ce mouvement social naissant l’esquisse d’un dépassement de la remise en question de la « loi travail », nous avons vu des pratiques dépasser la question de la légitimité donnée par « l’opinion publique », dépasser le dialogue démocratique avec le pouvoir, forcément inoffensif contre lui, dépasser le modèle non-violent de la contestation citoyenne, qui ne vise qu’à faire pression sur les gouvernements, ou parfois en changer.

Par ce journal, nous voudrions contribuer à ces dépassements, nous adresser à (aux marges de) ce mouvement, y diffuser nos idées, notre vision de la lutte, et nos objectifs différents. Non pas pour convaincre forcément car nous ne pensons pas détenir la vérité -nous sommes convaincu-e-s aujourd’hui de celle qui construit notre vie comme un combat permanent, comme une tension vers la liberté- mais en espérant que ces idées fassent réfléchir, fassent peut-être écho dans l’esprit d’autres personnes, permettent des discussions fructueuses, des rencontres, ou en motivent certain-e-s à agir hors des sentiers battus.

Le cours de l’histoire n’a pas de sens, n’est ni logique ni prévisible. Et si la vie commence par un refus de ne plus subir le quotidien, chaque jour est l’occasion de passer de la résignation à la vie. Hypothèse ou illusion, qu’il suffise d’y croire, et de se jeter dans la bataille nous fait dire qu’à tout moment, tout peut basculer…

 

[…] Aucun pouvoir ne peut régner sans la servitude volontaire de ceux qui le subissent. Rien mieux que la révolte ne révèle que ce sont les exploités eux-mêmes qui font tourner la machine assassine de l’exploitation. L’interruption diffuse et sauvage de l’activité sociale chauffe d’un coup le poêle de l’idéologie et fait apparaître les rapports de force réel; l’Etat se montre ainsi pour ce qu’il est : l’organisation politique de la passivité. L’idéologie d’un côté et la fantaisie de l’autre dévoilent alors tout leur poids matériel. Les exploités ne font que découvrir une force qu’ils ont toujours eue, en finissant avec l’illusion que la société se reproduit toute seule – ou que quelque taupe creuse à leur place. Ils s’insurgent contre leur propre passé d’obéissance, contre l’habitude érigée en défense du vieux-monde.”

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.